Reseau Cultures Network
 



Numéro en cours
Numéros précédents
S'abonner
Vie du réseau
Nos partenaires
Publications
Themes & Actions
Retour à la Une
Ecrivez-
nous!
 
 
DONNER UNE AME A LA MONDIALISATION ?

ENTRETIENS DE FES
DAVOS, PORTO ALEGRE, FES
UNE SPIRITUALITE INCARNEE POUR DEFIER LA MONDIALISATION
LA QUANTITE MASQUE LA QUALITE
ENVIRONNEMENT ET SPIRITUALITE
PACIFIER L' ORDRE MONDIAL


ENTRETIENS DE FES

Le Réseau Sud-Nord Cultures et Développement a été associé de près aux Entretiens de Fès (juin 2001). Ceux-ci se déroulent parallèlement au Festival des Musiques Sacrées du Monde de cette même ville de Fès. Ils s'inscrivent dans une démarche de rencontre et de réflexion réunissant des personnes de diverses provenances géographiques, philosophiques, culturelles, religieuses et professionnelles. Ils sont destinés à porter, chaque année, sur la situation internationale, dans le but de rendre pensable et possible un avenir viable pour l'humanité et sa planète.

Faouzi Skali, Directeur du Festival, situa le sens de ce colloque : la question de sens et celui d' un développement pluriel. Au-delà de toute pensée unique et a priori, ce colloque veut ouvrir un débat autour des questions posées à Davos et à Porto Alegre sur la mondialisation et son âme.
 

DAVOS, PORTO ALEGRE, FES

Le Rév. Pasteur James Park Morton (Interfaith Center, New York) rappella qu' économie vient du grec oikos-nomia, c' est à dire la loi (la gestion) de la maison. Parler d' économie, c' est parler d' ordre. Cependant, au cœur de cet ordre, il y a la diversité. Si la mondialisation de l' économie conduisait à l' homogénéisation, elle serait contraire à la « loi ». Un des grands défis est donc la tension entre diversité et union dans le monde. Or, le gouvernement Bush prétend pouvoir détruire la nature pour augmenter la croissance économique. Un grand défi est l' intensité de notre spiritualité : est-elle liée à la justice, à l' amour des plus démunis ? Nous devons prendre conscience que notre culture est terriblement égocentrique.

Katherine Marshal de la Banque Mondiale évoqua le dialogue lancé par Jim Wolfensohn, président de la Banque Mondiale, avec les religions du monde : le World Faith Development Dialogue. Pour la Banque Mondiale, dit-elle, la pauvreté est un phénomène qui peut aujourd' hui être éliminé. C' est le rêve de la Banque, dit-elle, à quoi François Houtart répondit : « Mais quand la Banque Mondiale cessera-t-elle de rêver tout en promouvant les lois d' airain du marché et de la compétition ? Nous rêvons d' un monde où la Banque Mondiale cesse d' empêcher les pauvres de se développer. »

Katia Legeret qui danse sous le nom de Manushaya (danseuse dans la tradition sacrée de l' Inde) estima qu' il faut relier action et contemplation : que la circulation des biens ait pour but l' intelligence du cœur. Evoquant la Baghavat Gita, elle rappela qu' il s' agit de renoncer aux fruits de l' action tout en étant engagé. N' agir que pour le seul bien de la créature et non pour son prestige ou sa prospérité individuelle. Il y a une économie de l' offrande : offrir chacun de nos gestes et réparer le fantasme de la « séparativité » qui nous coupe du réel.
 

UNE SPIRITUALITE INCARNEE POUR DEFIER LA MONDIALISATION

Pour FranLouvain-la-Neuve, la caractéristique de la mondialisation contemporaine est d'être celle çois Houtart, du Centre Tricontinental (CETRI) à du capitalet de l'homme, car elle tend à soumettre toute la réalité des rapports entre les êtres humains et de . Elle est destructrice de la nature ces derniers marché. Elle signifie donc un écrasement culturel et donc spirituel. à la nature, à la loi du

Les trois principaux défis semblent être aujourd'hui :

1. La mondialisation des résistances et des luttes : comment créer des convergences, alors que face à la mondialisation du pouvoir économique du capital on se trouve devant une fragmentation des résistances et des luttes.

2. La remise en valeur des symboles et de leurs forces d'expression et de mobilisation spirituelle en transformant, dans chacune des traditions religieuses, l'apport qui, sous le poids de l'institutionnalisation, a souvent matérialisé les symboles.

3. La recherche d'une éthique sociale qui ne s'arrête pas seulement à la dénonciation des abus et les excès du capitalisme, mais qui s'attaque aux logiques du système et débouchent sur une éthique du post-capitalisme.

François Houtart souligna le rôle de la spiritualité, comme une nouvelle vision du monde pour surmonter « la seule logique paternaliste occidentale », accepter les incertitudes, chercher les alternatives. Il s' agit aussi de créer des symboles pour réenchanter le monde au-delà des marchandises. Il nous faut une spiritualité incarnée pour rencontrer le défi de la mondialisation du monde. Il faut rechercher le sens de ce monde. Faute de sens, le monde tourne fou. Aujourd' hui nous sommes plongés dans un monde globalisé où il est « rationnel » pour produire de la richesse, de détruire des forêts. Il est « logique » de créer de la richesse avec le travail des enfants. Face au capitalisme sauvage qui mène à un monde où 20% de la population mondiale contrôle 80% des richesses, que faut-il faire ?.

François Houtart se prononça en faveur d' une nouvelle éthique du post-capitalisme. La mondialisation des résistances sociales est un pas important vers la sortie de l' impasse actuelle. Il s' agit de faire converger les innombrables initiatives et luttes locales dans un vaste mouvement global. Ce sera le rôle de Porto Alegre II en 2002. Le Forum Social Mondial de Porto Alegre, c' est la globalisation de « la société civile d' en bas ».
 

LA QUANTITE MASQUE LA QUALITE

Notre partenaire, Luis Lopezllera, rapporta qu' au Mexique la pauvreté empire. Le « macro » s' exprime avec des termes d' experts : « l' opération a réussi mais… le patient est mort ! ». La quantité masque la qualité. On a de la croissance mais avec plus de policiers que de maîtres d' école, plus de cellules de prison que de salles de classe. « Nous nous sommes trompés pour mesurer le progrès », s' exclama Luis Lopezllera.

ENVIRONNEMENT ET SPIRITUALITE

Notre partenaire Siddhartha mit en exergue l' apport essentiel des populations tribales à une conscience nouvelle et nécessaire quant au caractère sacré de la terre. We get rid of the tribal people who could teach us their perfect sustainability (« Nous nous débarrassons des populations (tribales) autochtones alors que ce sont elles qui peuvent nous enseigner leur art de vivre durable »), s' exclama Hanna Strong. La privatisation de l' eau par les multinationales est tragique. Vous n' aurez accès à l' eau que si vous êtes capable de payer ! La maman va-t-elle demander à son bébé d' être payée pour qu' elle lui donne le sein ? Il y a, conclut-elle, quelque chose de profondément vulgaire, (“obscène”) dans la mondialisation.

PACIFIER L' ORDRE MONDIAL

Fattouma Benabendi, Marocaine très engagée dans le travail social avec les femmes posa la question : comment humaniser, féminiser ce Nouvel Ordre Mondial qui s' impose à nous ? L' économie devrait être au service des êtres humains, y compris les plus pauvres. Le profit sans limite doit être corrigé par la Reliance. La cohésion sociale et économique ne peut se faire sans femmes. L' homme en nous va-t-il dialoguer avec la part féminine de nous-même ?

Dans le bled marocain, dans les campagnes d' Afrique, d' Asie, d' Amérique latine, les femmes tissent, pétrissent, lavent, traient, sèment… et en tirent fierté. Or leurs activités sont menacées et avec elles leur reliance.

Fattouma Benabendi proposa de « pacifier la mondialisation », ce qui correspond à l' appel de Raimon Panikkar : désarmons nos cultures. Il nous faut réinventer une économie se nourrissant de vécu, autant prosaïque que poétique. Faire de l' économie avec de l' amour.

haut de page © 2000, South-North Network Cultures and Development